J'te dis koa

Et qu'est-ce que pensent les élus de Flandre Lys des projets numériques ? Rencontre avec M.Ravet, un élus communautaire toujours plus connecté !

Interview de Monsieur Ravet

Qu’est-ce que le numérique pour vous ?

Monsieur Ravet : Doit-on parler de numérique ou digital ? C’est la même chose en fait !

Le digital, comme le numérique, c’est « simplement » une technologie de codification de l’information. Pour faire simple, c’est transformer une information réelle/concrète en suite de nombre (0 ou 1) pour être traitée par une « machine ».

Ça c’est la définition théorique, à titre personnel le numérique c’est un formidable « concept technologique » qui me permet de faire les choses plus facilement et plus rapidement : accéder à l’information plus vite et stocker mes données durablement, acheter et payer plus vite, communiquer avec mes proches, mon (notre) quotidien est totalement numérique !       

Selon vous, aujourd’hui, quels sont les enjeux du numérique dans nos sociétés ? 

Les enjeux sont multiples pour nous en tant qu’usagers et cruciaux pour nos entreprises, ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui toutes les entreprises ont dans leur stratégie un plan d’actions sur la digitalisation.

Nous ne pouvons plus nous soustraire au digital, que ce soit dans nos modes de communications (smartphone et TV connectées), dans les paiements et transports (on achète et on paie avec nos mobiles maintenant) et la multitude des objets connectés pour tous les usages (voitures, bracelets, lunettes, livres…). Tout est connecté et le volume des informations échangées est en augmentation exponentielle.

Pensez-vous que le territoire Flandre Lys est assez innovant/dynamique ? 

Le territoire de la CCFL (8 communes, 40000 habitants) est très dynamique, cette structure à 8 communes (donc 8 maires et 1 président) permet d’aller vite dans les projets, nous sommes orientés projet et cela se voit sur le territoire, ça bouge ! J’ai beaucoup d’exemples en tête mais par exemple le meeting aérien de septembre dernier, organisé en quelques mois, souligne d’un dynamisme évident de la CCFL. 

La CCFL investit sur de nombreux sujets, plus ou moins innovants, qui serviront les habitants directement ou indirectement (projet de méthanisation, bornes numériques tourisme, vélos électriques…), ce n’est qu’un début.

Y a-t-il des éléments à améliorer sur le territoire ? Si oui, lesquels et pourquoi ?

Le sujet qui « fâche » c’est notre enclavement autoroutier, nous sommes proches et loin à la fois de l’A25, j’en sais quelque chose en habitant Sailly sur la Lys, le trafic est insoutenable et les infrastructures non adaptées.

Nous devons donc agir pour limiter cet enclavement en nous connectant plus facilement à l’A25, cela permettra à notre territoire d’être encore plus attractif sur le plan économique et de l’emploi, c’est la Top Priorité des élus de la CCFL.

Pourquoi le territoire Flandre Lys doit s’investir dans le déploiement de la fibre ? 

Parfaite transition avec la question précédente, nous ne pouvons ajouter un enclavement numérique à l’enclavement routier, l’interconnexion aux réseaux fibrés haut débit est indispensable pour rapprocher les habitants « virtuellement » des usages numériques.

La CCFL suit ce projet avec attention car c’est l’ouverture à un bouquet de services indispensables pour nos usagers et nos entreprises, nous ne comptons plus les usagers du télétravail, les indépendants qui ont besoin de se connecter aux réseaux, les entreprises qui échangent des fichiers…La liste des usages professionnels est très importante et à titre privé nous sommes tous consommateurs de plus en plus de services et données (TV ADSL, objets connectés, stockage de données dans le cloud…). 

La tendance du marché des logiciels est de plus en plus en mode services distants (« SaaS » : Software as a Service), pour faire simple on utilise un logiciel ou une application distante sur un serveur et les données ne sont plus stockées sur notre ordinateur local, ce qui génère beaucoup plus de trafic réseau et nécessite des lignes plus performantes, vive la fibre et ses 100 mega, l’ADSL classique plafonnant à 20 mega).

La volonté de ne pas faire payer les habitants pour ce service est-elle politique ? 

C’est en effet un choix politique que nous défendons à la CCFL, il est important de pouvoir offrir ce service aux habitants même si cela aura un coût pour la CCFL.  La bonne nouvelle, et elle est récente (novembre 2016), c’est que l’estimation initiale de la prise en charge pour les Communauté de Communes a fortement baissé (68 € / prise par rapport aux 168€ estimés initialement par le Syndicat Mixte Fibre 59/62). Cela conforte le choix initial des élus de la CCFL, ce service doit être gratuit afin que les usagers n’aient à financer que l’abonnement de leur choix.

De nombreux projets vont voir le jour dans les années à venir, quel est le projet phare selon vous ?

Effectivement les projets vont être nombreux et j’en note 2 principaux :

Le premier sera de construire une vraie politique autour de l’économie numérique. Notre territoire a des atouts pour développer cette économie autour du numérique et y adosser des emplois, c’est une des hypothèses de travail de requalification des friches industrielles de Sailly sur la Lys (datacenter, espaces de coworking, …)

Le deuxième projet important sera de doter nos communes de tous les services numériques de proximité indispensables (portail famille, réservation/paiements en ligne, @administration, @santé, gestion des bâtiments centralisée, alerting élus/population SMS…), nous avons tous les mêmes besoins dans nos communes et c’est dommage que nous le fassions chacun de notre côté. L’idée est de mutualiser les besoins (quels outils et comment ?) avec des économies d’échelle à la clé, mais surtout mutualiser les usages, il y a là une formidable occasion de partager les savoirs et compétences de nos 8 communes, une belle synergie se profile !

Comment sont menés ces projets  (collaboration avec les communes, subventions…) ?

Toutes les bonnes volontés et les compétences seront mobilisées, ça commence par la CCFL avec le recrutement d’un Chef de Projet Numérique et le vote d’un budget dédié au numérique. Ce dernier sera adossé de subventions Européennes (fonds FEDER autour de 60% des investissements). La CCFL sera en appui mais ce sont les communes qui vont exprimer leurs besoins. Les ateliers avec les communes ont commencé et cela va continuer jusqu’à la mise en place des services avec un accompagnement de proximité et une aide à la conduite du changement, ces nouveaux services ne seront adoptés que si cette conduite du changement est opérée.